Carabins

Madeleine

 
Madeleine, à bon droit, passa
Pour une fille débordée,
En luxure elle dépassa
Toutes les Thaïs de Judée
De sa beauté, Jésus touché
Vous la tira, vous la tira,
Vous la tira de son péché

On voyait deux globes naissants
Palpiter sur un sein d'albâtre,
Des pieds, des bras, des yeux brillants,
Dont l'amour était idolâtre
Ses reins souples et vigoureux
Etaient d'un con, étaient d'un con,
Etaient d'un contour délicieux

La sainte cachait tant d'appâts
Sous une belle chevelure,
Qui, flottant et tombant en bas,
Descendait jusqu'à la ceinture
Mais pour qui ces trésors divins?
Pour les gros vi, pour les gros vi,
Pour les gros vilains Philistins!

L'esprit immonde et tentateur
Fit choix de cet objet aimable,
Pour présenter au Créateur
L'appât d'un piège inévitable:
Jésus ne la vit pas plus tôt
Qu'il vous la fou, qu'il vous la fou,
Qu'il vous la foudroya d'un mot!

Par la vertu du Saint-Esprit,
Ce mot toucha la pécheresse
Son coeur sincèrement contrit
Du plaisir abjura l'ivresse
Et craignit depuis ce moment
L'ombre d'un cu, l'ombre d'un cu,
L'ombre d'un cupide galant

Sur sa gorge, un grand fichu noir
En cacha les globes d'ivoire
Du plus voluptueux boudoir,
Ell'fit un austère oratoire,
Son coeur, du monde détaché
Pleurait le vi, pleurait le vi,
Pleurait le vice et le péché

La sainte pleura tant et tant
Qu'elle acheva sa pénitence
Son esprit s'envoie à l'instant
Au Paradis sa récompense
Jésus touché de sa ferveur,
La met au com, la met au com,
La met au comble du bonheur

Si le Seigneur au rang des saints
Admet toutes les Madeleine,
Si le ciel propice aux putains
Fait grâce aux galantes fredaines,
Combien de dames de Paris
Iront par trou, iront par trou,
Iront par troupe au Paradis?
    

 

 

Infos Site  |  Infos Légales  |  Crédits  |  Confidentialité
Contactez-nous  |  Ajouter aux favoris
© 2013-2019 Carabins - Tous droits réservés